Heures Musicales de l'Abbaye de Lessay

On parle de nous

Musique. Huit festivals pour un été classique dans l’Ouest

Musique. Huit festivals pour un été classique dans l’Ouest

L’offre de festivals classiques est riche et diversifiée, cet été en Bretagne, en Normandie et dans les Pays de la Loire. Notre sélection de huit rendez-vous incontournables en cet été 2022.

« Le Mariage forcé », comédie-ballet de Molière et Lully, ouvrira le festival baroque de Sablé-sur-Sarthe, le 24 août.
« Le Mariage forcé », comédie-ballet de Molière et Lully,
ouvrira le festival baroque de Sablé-sur-Sarthe, le 24 août. | HÉLÈNE AUBERT

Des jardins vendéens au bocage normand, d’Ouessant à Belle Île, du Morbihan à Sablé-sur-Sarthe en passant par Perros-Guirec, les festivals classiques attendent les mélomanes tout l’été.

Molière et Lea Desandre dans les jardins de Thiré

Le Festival Dans les jardins de William Christie est un rendez-vous incontournable, chaque été, à Thiré en Vendée. La 11e édition, du 20 au 27 août, célébrera Molière et ses musiques avec des œuvres de Lully et Charpentier, le 27 août et les Recettes de l’amour, le 22 août avec la mezzo-soprano Lea Desandre, Thomas Dunford au luth et William Christie au clavecin.

La mezzo-soprano Lea Desandre célébrera, le 22 août à Thiré, les « Recettes de l’amour »
avec Thomas Dunford au luth et William Christie au clavecin. | JULIEN BENHAMOU

Promenades musicales en Normandie

Le Pays d’Auge accueille pour la 28e année ses promenades musicales. Le festival propose une belle programmation jusqu’au dimanche 7 août. Le flûtiste François Lazarevitch et le claveciniste Justin Taylor joueront des sonates de Carl Philipp Emanuel Bach le 27 juillet au château de Canon. Le Concert de la Loge, dirigé par le violoniste Julien Chauvin, et la soprano Florie Valiquette interpréteront du Vivaldi, du Caldara et du Haendel, le 4 août, à Saint-Pierre-sur-Dives.

Verdi et Rameau dans une abbatiale de la Manche

Les Heures musicales de l’abbaye de Lessay proposent des concerts jusqu’au 12 août. La musique italienne sera à l’honneur le 26 juillet L’ensemble Secession Orchestra, dirigé par Clement Mao Tackacs, mettra en lumière la passion dans Verdi, Puccini, Catalani, Nino Rota… Le 5 août, place aux Flammes de Magiciennes. La soprano Patricia Petibon et l’ensemble baroque Amarillis, dirigé par Héloïse Gaillard, feront résonner amour et désespoir dans des airs de Charpentier, Marais, Lullly, et Rameau.

Orphée et Eurydice, l’opéra de l’été Belle-Île

Lyrique en mer se déroulera du 29 juillet au 13 août à. Cette année, le festival de Belle-Île a choisi la tragique histoire d’amour d’Orphée et Eurydice. Le plus célèbre opéra de Gluck, dirigé par Philip Walsh, sera à l’affiche les 3, 5, 8 et 10 août. Musique sacrée avec le Stabat Mater de Dvorak, les 29 juillet, 4 août, et 12 août. La pianiste Anne Queffélec sera en récital le 31 juillet avec un programme allant de Bach à Schubert.

La musique au féminin à Ouessant

Du 1er au 4 août, l’île rendra hommage aux musiciennes et aux compositrices. La 21édition du festival Musiciennes oscillera entre classique, instruments celtiques et chants bretons. Une vingtaine d’artistes sont attendus. La jeune Tatania Probst, soprano et compositrice, sera à l’honneur. Le 3 août, elle interprétera avec quatre musiciennes des œuvres d’Alma Malher, Clara Schuman et de Tatiana Probst.

Les 30 ans des Musicales du Golfe

Du 2 au 11 août, les mélomanes célébreront les 30 ans des Musicales du Golfe. Le festival morbihannais proposera sept concerts dans six lieux différents. On pourra écouter Emmanuelle Bertrand et Pascal Amoyel dans un récital violoncelle-piano, le 2 août, à Baden et le 3 août à Sarzeau. Le quatuor à cordes Hanson sera, le 9 août, à Plougoumelen et le pianiste Guillaume Bellom sera en récital, le 10 août, à Saint-Avé.

Le pianiste Guillaume Bellom sera en récital, le 10 août, à Saint-Avé. | JEAN-BAPTISTE MILLOT

Immersion baroque à Sablé-sur-Sarthe

Le festival de Sablé-sur-Sarthe se déroulera du 24 au 27 août. « L’édition a été imaginée pour faire se croiser tous les chemins artistiques, sans perdre son essence baroque », précise Laure Baert, la nouvelle conseillère artistique.

Le Mariage forcé, une comédie-ballet de Molière et Lully, mêlera, humour, théâtre, danse et chant baroque, le 24 août. Le Rossignol et l’Empereur de Chine proposera au jeune public du théâtre d’ombres et de la musique baroque, le 26 août. Le claveciniste Jean Rondeau interprétera les Variations Goldberg de Bach, le 25 août,

Musique de chambre à Perros-Guirec

Le quatuor Modigliani a enregistré l’intégrale des quatuors à cordes de Franz Schubert, en 2021. | JÉRÔME BONNET

Après deux reports consécutifs, le festival de musique chambre est de retour jusqu’au 24 août. Les mélomanes, présents sur la Côte de granit rose, pourront notamment écouter la violoncelliste Astrig Siranossian et le pianiste Nathanaël Gouin, le 27 juillet et le Quatuor à cordes Modigliani dans des quatuors de Schubert, le 24 août.

 

 

Voir l’article original

Lessay. La suite du festival des Heures musicales

Concerts. Musiques italiennes des XIXe et XXe siècles et les Variations Goldberg de Jean Sébastien Bach sont au programme des Heures musicales à l’Abbatiale de Lessay, respectivement mardi 26 et vendredi 29 juillet à 21 h.

Lessay. La suite du festival des Heures musicales
Clément Mao-Takacs dirige les musiciens de Secession Orchestra lors du concert du 26 juillet à Lessay qui allie chants populaires et grands airs d’opéra italiens.

Sous la direction de Clément Mao-Takacs, les 33 musiciens de Secession Orchestra proposent, mardi 26 juillet, le concert Violence et Passion, musiques italiennes des XIXe et XXe siècles. Avec Irina de Baghy, mezzo-soprano et Faustine de Monès, soprano.

Le claveciniste Benjamin Alard propose les Variations Goldberg de J.S. Bach (1685-1750), vendredi 29 juillet. Au centre de cette saison des Heures musicales, Bach l’Européen, celui qui résume en une trentaine de variations tout ce qui s’écrit musicalement de plus haut autour de lui.

Pratique. Lessay. Abbatiale. Mardi 26 et vendredi 29 juillet à 21 h. Tarifs : de 15 à 30 €. De 4 à 16 ans : 5 €. Les enfants de moins de 4 ans ne sont pas admis. Réservations sur le site heuresmusicalesdelessay.com. Tél. 02 14 15 00 19.

Voir l’article original

Dix festivals classiques à suivre en août

FESTIVAL – Le mois d’août clôture en majesté cette sensationnelle période des festivals d’été. Notre sélection pour ce point d’orgue musical.

Festival Classique au vert au Parc floral : le parisien

© DR Classique au vert / page Facebook

Le festival Classique au vert est une petite pépite de Paris intramuros, qui prend ses quartiers dans le joli Parc floral du XIIe arrondissement. Cette année, la programmation classique de Julien Kieffer (le frère de…) fait monter sur scène des jeunes ensembles classiques comme des orchestres nationaux.

En août, on se précipite au Parc floral pour entendre le Trio Pantoum interpréter Un matin de printemps et Un Soir triste de Lili Boulanger (le 13 à 16 heures), ou pour se plonger dans le magnifique programme Marcel Proust de la pianiste Shani Diluka (le 20 à 16 heures). On revient en septembre, pour le concert de l’Orchestre national d’Ile-de-France qui met en miroir Vivaldi et Piazzolla dans un programme 100% Quatre Saisons (le 3 à 14h30). Et à 20h30 le même jour, on vient assister au concert baroque de la mezzo-soprano Lea Desandre, aux côtés du luthiste Thomas Dunford et du violoniste Théotime Langlois de Swarte, sous la direction musicale de l’émerite William Christie.

Pourquoi on veut y aller ? Pour affronter le blues de la rentrée à notre retour à la capitale, un concert dans le très beau Parc floral sera la plus belle des consolations

Du 2 juillet au 27 août, à Paris XIIe. De 12 à 30 euros le soir. Les concerts en journée sont gratuits. Informations et réservations sur le site.

Le festival des Jeunes Pousses : le bucolique

Le festival des Jeunes Pousses. © Archives, Jay Qin

William Christie, justement. Son festival des Jeunes Pousses est de retour en Vendée pour une 11e édition. Le directeur des Arts florissants nous ouvre une fois de plus les portes de ses jardins, pour partir à la découverte de la musique et de la danse baroques. Cette nouvelle édition est consacrée à Molière, dont on fête cette année le 400e anniversaire : on part à la découverte de l’homme de théâtre et ses musiques et entre deux concerts, on assiste à des ateliers autour des plantes aromatiques de son époque et on découvre un clos potager de légumes oubliés. Le soir, on assiste à l’un des six grands concerts (sous la direction de William Christie et Paul Agnew), ou à l’un des concerts aux chandelles, qui couvrent le répertoire baroque français et allemand, en passant par l’oratorio italien.

Pourquoi on veut y aller ? Pour visiter les magnifiques jardins de William Christie, notre exemplaire des Femmes savantes sous le bras.

Du 20 au 27 août 2021, à Thiré (85). Informations et réservations sur le site.

Le Festival de Salon : le provençal

Le Patagonia Express Trio, en 2021. © Jael Travere

Déjà trente ans que le festival de Salon, minutieusement préparé par Eric Le Sage, Paul Meyer et Emmanuel Pahud, fait entrer la musique de chambre dans les plus beaux lieux du pays salonais. Une belle longévité qui ne doit rien au hasard. On vous le disait, l’année dernière : Salon, c’est un peu l’auberge espagnole de la musique classique. Une ribambelle d’artistes et de copains qui donnent des concerts de musique classique ou baroque, toujours en petit comité. Salon, c’est l’occasion d’échanger avec des solistes à l’esprit exigeant venus des quatre coins du monde, et même de voir l’un d’eux donner un récital de piano en plein après-midi caniculaire, vêtu d’un short !

Cool et quali, c’est le crédo de Salon. Pour cette trentième on retient le programme Schubert avec Eric Le Sage au piano et Liya Petrova au violon (le 1er aout à 12 heures, en l’Abbaye de Sainte-Croix), les nombreuses Abbaye surprises et les sensationnels concerts du soir au Château de l’Emperi.

Pourquoi on veut y aller ? Pour découvrir les acoustiques bien singulières de l’eglise Saint-Michel, l’abbaye Sainte-Croix et le château de l’Emperi, ramener du savon de chez Marius Fabre à nos amis et s’offrir un déjeuner sur la plaine de la Crau.

Du 28 juillet au 6 août à Salon-de-Provence (13). Informations et réservations sur le site.

Les Heures musicales de l’Abbaye de Lessay : le sacré

Les voix des femmes : voici le thème de la 29e édition des Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay, temple de la musique sacrée. « tantôt solistes, tantôt en choeur, tantôt à travers les textes », explique le festival. Huit concerts au programme, dont trois articulés autour de grandes voix de la musique classique : Eva Zaïcik, Patricia Petibon et Karine Deshayes qui chanteront Vivaldi, Rameau et Mozart, accompagnées du Poème Harmonique, d’Amarillis et des Paladins.

Pourquoi on veut y aller ? Parce que la voix est l’instrument le plus universel, et que les Heures musicales la déploient sous toutes ses coutures

Jusqu’au 12 août, à Lessay (50). Informations et réservations sur le site.

Le Festival de Sablé : le réjouissant

Situé en bord de Sarthe, le Festival de Sablé revient pour une nouvelle édition, du 24 au 27 août. Quatre jours qui prennent l’allure d’une grande fête baroque, et célèbreront, comme son voisin vendéen, les 400 ans de Molière. Un vaste anniversaire, avec en ouverture, la comédie-ballet Le Mariage forcé, portée par Les Malins Plaisirs, Le Concert Spirituel et la Compagnie de danse l’Éventail.

Mais Sablé est aussi un lieu de réunion d’artistes talentueux. On retient les
Variations Goldberg de Bach par le claveciniste Jean Rondeau (le 25 à 11 heures), Les Suites pour violoncelle seul par la géniale Emmanuelle Bertrand (le 27 à 11 heures) ainsi que le concert de la soprano Jeanine de Bique, accompagnée de l’ensemble Concerto Köln, pour sa première date française de la tournée Mirrors (le 26 à 21 heures). D’autres invités talentueux sont attendus : Le Concert de l’Hostel Dieu, Les Métaboles, Noëmi Waysfield et le Gabetta Consort.

Pourquoi on veut y aller ? Pour clôturer la saison des festivals en beauté !

Du 24 au 27 août, à Sablé-sur-Sarthe (72). Informations et réservations sur le site.

Le festival Ravel : le chauvin

© Komcébo

Le festival Ravel a fait peau neuve l’an dernier. Désormais placé sous la direction artistique de Jean-François Heisser, ces trois semaines de musique sur les terres natales du compositeur investissent tous les lieux possibles, de l’église de Ciboure jusqu’aux rues de Saint-Jean-de-Luz pour une grande parade d’ouverture, le 20 août.

L’édition 2022 fait la part belle à la musique vocale. Celle de Ravel, avec le concert des Métaboles le 21 août, mais pas que ! On retrouvera la Renaissance des voisins espagnols avec la Tempête le 7 septembre et le grand Requiem du petit cousin Duruflé par l’orchestre et les chœurs de l’Opera de Bordeaux, le 2 septembre. De quoi adoucir la nostalgie des dernières lueurs de l’été, au bord de l’eau… (O. D.)

Du 19 août au 11 septembre, à Saint-Jean-de-Luz (64). Informations et réservations sur le site.

On ne les oublie évidemment pas : La 17e édition du Festival de Rocamadour, du 15 au 26 août ; le Festival de Saint-Céré, du 29 juillet au 12 août ; le Festival de Chaillol jusqu’au 12 août, et les festivals de juillet, qui continuent en août…

Lessay. Les Heures musicales se poursuivent vendredi 22 juillet

Lors de l’ouverture du festival des Heures musicales, mardi 19 juillet, 500 mélomanes ont été accueillis.
                                      Lors de l’ouverture du festival des Heures musicales, mardi 19 juillet, 500 mélomanes ont été accueillis. |                                              OUEST-FRANCE

Le festival des Heures musicales poursuit sa programmation, vendredi 22 juillet, avec l’orchestre régional de Normandie accompagné de
l’Ensemble vocal de Caelis, sous la direction de Léo Warynski. Ils mettront à l’honneur André Caplet (1878-1925) en interprétant Le Miroir de Jésus, mystère du Rosaire composé pour mezzo-soprano, chœur à trois voix, harpe et quatuor à cordes.

 Pour cette 29e édition, les huit concerts sont traversés par des voix de femmes,souligne Christophe Jeanson, président de l’association des Heures Musicales. Placé sous le signe de la Vierge, le festival sera l’occasion d’entendre, entre autres œuvres baroques et contemporaines, une version surprenante du Miserere d’Allegri avec the Sixteen. » Lors de l’ouverture, mardi 19 juillet, 500 mélomanes ont été accueillis. La Tempête, compagnie vocale et instrumentale composée de 20 chanteurs et 21 instrumentalistes, a séduit le public par sa prestation théâtralisée dans une ambiance de lumières tamisées des œuvres de Dvorak et Scarlatti en hommage à la Vierge.

Vendredi 22 juillet, à 21 h, concert du festival des Heures musicales. Contact, tél. 02 14 15 00 19 ou site Internet : www.heuresmusicalesdelessay.com

Voir l’article original

Lessay. Le festival renoue avec les concerts sans contraintes

Musique. Avec une quarantaine d’artistes, Simon-Pierre Bestion, à la tête de l’ensemble La Tempête, ouvre la 29e édition des Heures musicales de l’abbaye de Lessay.

Lessay. Le festival renoue avec les concerts sans contraintes
Christophe Jeanson, le président des Heures musicales de l’abbaye de Lessay a introduit la 29e édition. – Jacques Dudouit

Devant 450 mélomanes venus assister, mardi 19 juillet, au premier des huit concerts de la 29e édition des Heures musicales, le président Christophe Jeanson se réjouissait : « Nous sommes heureux de vous accueillir en renouant avec nos habitudes d’avant la Covid. Ni jauge ni contraintes. Et des ensembles plus nombreux : une quarantaine d’artistes aujourd’hui ! Avec le retour des entractes, vous allez pouvoir profiter de l’espace gourmand et des jardins de l’abbaye sans oublier le verre de l’amitié final. » Puis, à la tête de l’ensemble La Tempête, Simon-Pierre Bestion proposait une représentation spatialisée dans la nef, les bas-côtés, l’avant-scène et le fond de l’estrade. L’insondable douleur d’une mère qui perd son fils est traduite par l’imbrication de deux partitions séparées de 150 ans : les « Stabat Mater » de Dvořák (1841-1904) et de Scarlatti (1685-1757). Le chef précise : « La réunion des deux œuvres met en lumière les liens invisibles qui unissent les compositeurs à travers l’espace et le temps. » Pari osé pour ce chemin musical inédit. Mais réussi !

Voir l’article original

Une Tempête de grâce souffle sur l’ouverture du Festival de Lessay

La 29e édition du Festival des Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay s’ouvre sur un programme original concocté par le chef Simon-Pierre Bestion qui emmène La Tempête, l’ensemble qu’il dirige, pour une représentation en miroir des Stabat Mater de Scarlatti et de Dvořák.

La splendide et paisible abbaye de Lessay, fondée au XIe siècle, détruite et reconstruite à de nombreuses reprises tout en ayant préservé son architecture romane, accueille les Heures Musicales et fait de ce Festival, au-delà de la qualité de sa programmation, un lieu intime où la convivialité et l’échange ne sont pas de vains mots. Des rencontres humaines entre festivaliers, l’équipe organisatrice, les bénévoles et les artistes, font en effet de ce festival un rendez-vous unique, à taille humaine, dans un cadre estival idéal pour l’expression de la musique sacrée.

© HML

   Scarlatti et Dvořák dans le miroir de l’intime

L’avis de tempête n’est pas météorologique, seule une bruine matinale est venue rafraîchir les cœurs et les esprits des festivaliers en ces temps de canicule. L’effet de saisissement est dû à Scarlatti et Dvořák qui, sur la volonté du chef Simon-Pierre Bestion, s’invitent en effet conjointement à la table du festival pour son ouverture, mais d’une façon bien singulière : leur Stabat Mater n’est en effet pas interprété l’un après l’autre mais enchevêtré ou lové, embrassés l’un dans l’autre. Et c’est cette (d)étonnante rencontre, par delà les esthétiques, qui contraint le miroir des siècles à faire dialoguer les deux œuvres. Le procédé a de quoi dérouter, ou pour le moins surprendre. Mais l’Ensemble La Tempête et leur chef charismatique, coutumiers de ce principe, savent accompagner le public par une savante scénographie dynamisant l’espace physique de la rencontre grâce à l’exploitation de la profondeur de la nef de l’abbaye et en variant leur position à l’intérieur de l’édifice (vaisseau et bas-côtés de la nef, transept, chœur). Spatialisés, et en plein accord avec l’histoire de la musique sacrée polyphonique, les jeux d’échos sonores interrogent et font se répondre une seule et même spiritualité. La rencontre se fait entre des formes musicales distinctes, s’appuyant sur des instruments caractéristiques de leurs époques (le luth chez Scarlatti, le piano forte chez Dvořák) qui sont autant de points de repères, parmi d’autres, pour le profane. Le sacré, lui, se charge de faire résonner une émotion qui n’a, à l’image du lieu, pas d’âge, et qui est de tous les instants, y compris du temps présent. La modernité de la programmation relève de cette approche qui ouvre des perspectives sans en fermer aucune.

   L’énergie de La Tempête

L’Ensemble La Tempête et leur chef, qui a une direction souple mais ferme, tantôt pressante, tantôt caressante, sont en pleine osmose. La plasticité et la précision des gestes manuels et plus globalement corporels de Simon-Pierre Bestion trouvent une correspondance directe dans l’expression des vingt choreutes (tradition des chœurs de l’Antiquité, la scénographie leur donnant ici une fonction narrative : celle de raconter autant que de chanter) et des vingt-et-un musiciens de l’orchestre, chef et exécutants étant placés dans un rapport de corps individuel à corps collectif pour ne former qu’un seul et même organe sonore. Les cordes (vocales et celles de l’orchestre) trouvent par exemple un point d’équilibre millimétré sur Cujus animam de Scarlatti. C’est de cette particularité que naît l’énergie de La Tempête dont l’œil est bien Simon-Pierre Bestion, qui joue justement beaucoup des yeux et des sourcils pour insuffler ses intentions auprès de ses souffleurs inspirés et d’instrumentistes dociles. Certaines notes finales sont exécutées de façon parfaitement synchrone (Fac ut portemDvořák) quand d’autres sont toutefois moins proprement réalisées (Eja Mater de Dvořák où les cordes laissent entendre un léger flottement).

Si les instrumentistes ressentent l’attention particulière qui leur est portée par ce chef très attentionné et interventionniste, les chanteurs solistes sont invités à se désolidariser momentanément de leur groupe pour faire voix, voix désincarnée cette fois-ci, musicalité pure dans l’expression de la douleur maternelle de perdre un fils (Stabat Mater en latin, qui ouvre chacune des deux compositions et leur donne leur titre).

© HML

La soprano Amélie Raison s’illustre particulièrement dans ce rôle céleste de martyr, tant le caractère cristallin, acéré et sibyllin de sa voix touche à l’éternité du mystère de la foi. Les intentions vocales sont, d’entrée, agiles, d’une douceur éthérée et d’une clarté azuréenne qui envahit sans difficulté la hauteur des voûtes sur croisée d’ogive de l’abbaye (les premières de l’Europe romane). Cette voix suspendue dans l’apesanteur, soutenue par une articulation optimale, se marie ou alterne avec celle, plus terrestre mais plus charnelle, d’Aline Quentin (alto). Sa voix est profonde et charpentée comme l’abbatiale dans laquelle elle se trouve, elle est la générosité incarnée, une générosité empreinte de douceur laineuse mais aussi d’éloquents élans boisés, le volume pouvant se diffuser avec force et l’amplitude de l’ambitus renforçant le caractère complexe d’un timbre très homogène dans sa palette mordorée.

Édouard Monjanel est un ténor solide dont la capacité expressive est notable. L’articulation est ouverte et franche. La couleur brillante et le verni du timbre attirent l’attention, la chaleur qui s’en dégage laisse une impression de facilité à poser le souffle juste et nécessaire, sans excès mais sans économie de style non plus car les projections séduisent par leur caractère enjolivé et ourlé, parfois cotonneux ou soyeux.

Florent Martin, une fois sa voix de basse chauffée, retrouve les rondeurs vocales qui sont les siennes après quelques interventions manquant d’assise dans les notes les plus graves (sur Qui est homo de Dvořák). Les hauts et bas médiums sont toutefois agréablement pleins, gras et charnus, le volume s’amplifie au fur et à mesure de la représentation et les projections s’en ressentent positivement.

La fin de ce spectacle de haute tenue est accueillie par le recueillement, l’abnégation et la grâce d’un long silence qui flotte interminablement dans l’air avant qu’une tempête d’applaudissements ne vienne récompenser la performance qui restera comme une madeleine de Proust dans les mémoires des festivaliers, madeleines que précisément ceux-ci sont ravis de partager un verre de cidre à la main avec les artistes qu’ils viennent d’acclamer.

© HML

Voir l’article original

Lessay. Heures musicales : Bach et des musiques italiennes à découvrir

Musique. Jusqu’au 12 août, les concerts de la 29e édition des Heures musicales de l’abbaye de Lessay sont donnés chaque mardi et chaque vendredi à 21 h précises en l’abbatiale romane.

Lessay. Heures musicales : Bach et des musiques italiennes à découvrir
Clément Mao-Takacs revient, mardi 26 juillet, avec l’ensemble Sécession qui interprète un florilège de musiques italiennes des XIXe et XXe siècles. – Jacques Dudouit

Invité pour la première fois en 2021, Clément Mao-Takacs dirigeait l’ensemble Secession Orchestra avec des œuvres de Ravel, Debussy, De Falla et Moussorgski. Il revient, mardi 26 juillet à 21 h, avec un florilège de musiques italiennes des XIXe et XXe siècles interprétées par 35 artistes. Le chef explique : « L’ombre de Verdi, qui ouvre, ponctue et conclut ce concert, se dresse comme un phare. Puccini et Tosti donnent à leur musique des inflexions plus capiteuses. Casella ou Respighi mêlent les accents d’un passé glorieux à une modernité fruitée. Mascagni se fait chantre du mouvement littéraire du vérisme. Nino Rota, leur héritier à tous, assure la transition du monde de l’opéra à celui du cinéma, en écrivant une musique conçue comme une suite d’épisodes vivants où l’on reconnaît ce sens du drame si typiquement italien. » 

Vendredi 29 juillet, le claveciniste Benjamin Alard jouera les Variations Goldberg de Jean-Sébastien Bach : « Celui qui, en une trentaine de variations, résume tout ce qui s’écrit musicalement de plus haut autour de lui« .

Voir l’article original

#festival2022 #heuresmusicalesdelessay #clementmaotakacs #secessionorchestra #benjaminalard

Concerts en l’abbaye

 

La Tempête ©Hubert Caldaguès – Photoheart

Lessay – Les Heures Musicales de l’Abbaye. Les concerts font événements. Morceaux choisis : en ouverture, La Tempête : deux Stabat Mater, l’un de Scarlatti, l’autre de Dvorak ; le Secession Orchestra pour des musiques italiennes des XIXe et XXe ; les Variations Golberg de Bach ; une atmosphère de fête avec le Poème Harmonique ; Patricia Petibon pour célébrer des héroïnes passionnées ; le génie de Mozart et un programme baroque et contemporain pour conclure. 8 concerts. De grands ensembles, des sopranos, un lieu idéal avec une acoustique extraordinaire dans l’abbaye bénédictine construite au XIe siècle par les Seigneurs de La-Haye-du-Puits.

Du 19 juillet au 2 août en Manche.
Les Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay.
Des concerts en l’abbaye

 

Voir l’article original

 

 Lessay. Le festival des Heures musicales revient

Art, Culture. L’Abbaye de Lessay accueille le 29e festival des Heures musicales. Début de l’événement, mardi 19 juillet 2022.

Lessay. Le festival des Heures musicales revient
L’Orchestre régional de Normandie avec l’Ensemble vocal De Caelis et Léo Warynski, se produira vendredi 22 juillet 2022.

La 29e édition du festival des Heures musicales de l’Abbaye de Lessay débute mardi 19 juillet. De grands ensembles nationaux et internationaux de musique classique se succéderont dans l’abbatiale millénaire de Lessay durant l’été. A la tête de l’ensemble La Tempête, Simon-Pierre Bestion propose les visions du Stabat Mater par Dvořák et par Scarlatti avec 40 musiciens et chanteurs, accompagnés de quatre solistes, sur scène. L’Orchestre régional de Normandie avec l’Ensemble vocal De Caelis et Léo Warynski, se produira vendredi 22 juillet.

Pratique. Lessay. Abbatiale. Mardi 19 et vendredi 22 juillet, à 21 h. Tarifs : de 15 à 30 €. De 4 à 16 ans : 5 €. Les enfants de moins de 4 ans ne sont pas admis. Réservations sur le site : heuresmusicalesdelessay.com. Tél. 02 14 15 00 19.

Voir l’article original

Lessay. Festival des Heures musicales : quel programme pour juillet ?

Environnement. La 29e édition du festival des Heures musicales de Lessay se déroule du 19 juillet au 12 août. Découvrez le programme du premier mois.

Lessay. Festival des Heures musicales : quel programme pour juillet ?
L’Orchestre régional de Normandie avec l’Ensemble vocal de Caelis et Léo Warynski, se produira vendredi 22 juillet. – DR

De grands ensembles nationaux et internationaux de musique classique se succéderont dans l’abbatiale millénaire de Lessay durant l’été, à l’occasion du festival des Heures musicales de l’abbaye de Lessay. Les concerts débuteront à chaque fois à 21 h.

Quatre concerts à découvrir en juillet

La 29e édition s’ouvre mardi 19 juillet avec le concert de l’ensemble La Tempête dirigé par Simon-Pierre Bestion. 40 musiciens et chanteurs, accompagnés de quatre solistes, seront sur scène. L’Orchestre régional de Normandie avec l’Ensemble vocal de Caelis et Léo Warynski, se produira vendredi 22 juillet. Secession Orchestra avec Clément Mao-Takacs est programmé le mardi 26 juillet, et Benjamin Alard, organiste et claveciniste, le vendredi 29 juillet.

Pratique. Rendez-vous le mardi et le vendredi chaque été. Tarifs : de 15 à 30 €. De 4 à 16 ans : 5 €. Enfants de moins de 4 ans ne sont pas admis. Réservations sur le siteheuresmusicalesdelessay.com.Tél. 02 14 15 00 19

Voir l’article original

Lessay. La 29e édition des Heures musicales de l’abbaye débute

Musique. Du 19 juillet au 12 août, huit concerts seront donnés chaque mardi et chaque vendredi à 21 h en l’abbatiale romane.

Lessay. La 29e édition des Heures musicales de l'abbaye débute
Vendredi 22 juillet, à la tête de l’Orchestre régional de Normandie et de l’ensemble vocal De caelis, Léo Warynski propose le « Miroir de Jésus » d’André Caplet (1878-1925). – Jacques Dudouit

Mardi 19 juillet à 21 h, deux visions pour un même texte : une seule œuvre. En ouverture du festival, Simon-Pierre Bestion, à la tête de l’ensemble La Tempête, exécute les « Stabat Mater » de Dvorák (1841-1904) et de Scarlatti  (1685-1757). 20 chanteurs, 4 solistes, 20 instrumentistes, 10 violons, 4 altos, 3 violoncelles, 1 contrebasse, 1 théorbe, 1 claviériste !

Vendredi 22 juillet à 21 h. Avec l’Orchestre régional de Normandie et l’ensemble vocal De Caelis, Léo Warynski propose le « Miroir de Jésus », des œuvres d’André Caplet (1878-1925). Guidé par une foi sincère, ce compositeur estimé que l’on donne rarement évoque les épisodes de la vie de la Vierge Marie, reflet et miroir de celle de son fils. On constate l’étendue de l’art de Caplet, sa palette variée, tour à tour proche de Debussy, du chant médiéval, notamment grégorien, et d’une sonorité faisant penser à une volée de cloches tourbillonnantes. Notons que l’ensemble De Caelis dirigé par Laurence Brisset avait ravi les mélomanes lors du spectacle Villes en scène le 10 mai. Tél. 02 14 15 00 19.

Voir l’article original

Présentation du festival par Joëlle Petrasek, coordinatrice artistique sur France Bleu Cotentin, au micro de Yannick Leflot.

Lessay. Voilà la 29e édition des Heures musicales !

Société. Du 19 juillet au 12 août, huit concert seront donnés chaque mardi et chaque vendredi à 21 h en l’abbatiale romane.

Lessay. Voilà la 29e édition des Heures musicales !
Mardi 19 juillet, à la tête de l’ensemble La Tempête, Simon-Pierre Bestion proposera les visions du Stabat Mater par Dvořák et par Scarlatti avec 40 musiciens et chanteurs et quatre solistes. – Jacques Dudouit

Après le succès en juin de la toute première édition des Prim’Heures Musicales de Lessay qui ciblait l’ensemble de la population avec les prestations gratuites de l’Orchestre Régional de Normandie et de la marraine Marie-Andrée Bouchard-Lesieur, jeune mezzo-soprano originaire du Cotentin, Christophe Jeanson, président de l’association des Heures musicales de l’abbaye, est heureux d’annoncer la 29e édition : « Durant deux années compliquées par les jauges et les contraintes liées à la Covid, notre équipe de bénévoles est parvenue à organiser des concerts de qualité. Cette année, on va retrouver des ensembles jusqu’à 50 musiciens sur scène. C’est une grande joie pour les artistes et les mélomanes de pouvoir à nouveau se rencontrer ! »

Mardi 19 juillet : à la tête de l’ensemble La Tempête, Simon-Pierre Bestion propose les visions du Stabat Mater par Dvořák et par Scarlatti. Vendredi 22 : le miroir de Jésus d’Antoine Caplet par l’ensemble De Caelies et l’Orchestre régional de Normandie. Mardi 26 : musiques italiennes des XIXe et XXe siècles par Secession Orchestra. Vendredi 29 : variations Goldberg de Bach par Benjamin Alard au clavecin.

Mardi 2 août : à la tête du Poème Harmonique, Vincent Dumestre exécute des œuvres de Vivaldi, Locatelli, Razzi et Soto. Vendredi 5 : Héloïse Gaillard dirige l’ensemble Amarillis. Elle propose des musiques françaises des XVIIet XVIIIe siècles avec la soprano Patricia Petitbon. Mardi 9 : Jérôme Correas, chef des Palladins, joue des œuvres de Mozart : la symphonie n° 17, la Grande messe et la Messe du couronnement. Vendredi 12 : le groupe anglais The Sisteen offre un programme baroque et contemporain de chants dédiés à la Vierge dont le célébrissime Miserere d’Allegri.

Voir l’article original

Guide des Festivals classiques et lyriques de l’été 2022 en France

Les Heures Musicales de Lessay du 19 juillet au 12 août

Après un Prélude intitulé “Les Prim’heures Musicales De Lessay” dont nous parle Marie-Andrée Bouchard-Lesieur en interview, le Festival normand invite l’Orchestre Régional de Normandie et l’Ensemble vocal de Normandie sous la direction de Léo Warynski pour Le Miroir de Jésus (pièce composée par André Caplet à partir de poèmes d’Henri Ghéon). Irina de Baghy (mezzo-soprano), et Faustine de Monès (soprano) prendront le relais sous la baguette de Clément Mao-Takacs pour un concert sur les thèmes de la violence et de la passion, avec des morceaux italiens des XIX et XXe siècles. Début août, la mezzo-soprano Eva Zaïcik et Le Poème Harmonique de Vincent Dumestre joueront et chanteront Vivaldi, Razzi et Locatelli entre autres. Les “Flammes de magiciennes” (chez RameauLullyCharpentier et bien d’autres) seront ravivées par Patricia PetibonHéloïse Gaillard et l’Ensemble Amarillis. Enfin, Karine Deshayes accompagnée des Paladins de Jérôme Correas, puis le Chœur Sixteen déjà présent l’année dernière concluront les festivités.

Voir l’article original

La 29ème édition des Heures Musicales de Lessay, c’est avec France Bleu Cotentin

France Bleu Cotentin

Du 19 juillet au 12 août 2022, l’Abbaye de la Sainte-Trinité de Lessay accueille la 29ème édition de son festival des musiques savantes. Une programmation riche et variée vous attend !

La 29ème édition des Heures Musicales de Lessay vous attend
La 29ème édition des Heures Musicales de Lessay vous attend – Les Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay

Les Heures Musicales de l’Abbaye de Lessay ont lieu chaque année en juillet et en août : tous les concerts prennent place dans l’enceinte de l’église abbatiale de Lessay, le chef d’œuvre le mieux préservé de l’architecture romane normande.

Un cadre exceptionnel avec cette abbaye bénédictine d'architecture romane du XIᵉ siècle
Un cadre exceptionnel avec cette abbaye bénédictine d’architecture romane du XIᵉ siècle – Getty Images

Vous retrouverez notamment l’Orchestre Régional de Normandie et son ensemble vocal qui interpréteront sous les voûtes de la nef le 22 juillet «Le Miroir de Jésus, Mystère du Rosaire», une pièce exceptionnelle composée par André Caplet à partir de poèmes d’Henri Ghéon.

Autre beau rendez-vous avec le Poème harmonique, un ensemble de 18 musiciens qui joueront notamment des éléments du répertoire de Vivaldi.

Toute la programmation de cette 3e édition en partenariat avec France Bleu Cotentin ici

Lessay. Beau succès pour l’avant festival les Prim’heures musicales

Les Prim’heures de Lessay, avant-première du festival des Heures musicales de l’abbaye de Lessay, a été un vrai succès et a attiré nombre de visiteurs, enfants comme adultes.

Franck Krawczyk, pianiste, animait un atelier piano pour les enfants dans le cadre des Prim’heures musicales de Lessay (Manche), samedi 11 juin 2022.
Franck Krawczyk, pianiste, animait un atelier piano pour les enfants dans le cadre des Prim’heures musicales de Lessay (Manche), samedi 11 juin 2022. | OUEST-FRANCE

Samedi 11 juin 2022, sous un soleil radieux, en avant-première du festival des Heures musicales de l’abbaye de Lessay, qui aura lieu du 19 juillet au 12 août 2022, l’animation gratuite de découverte a été un succès. Environ 400 visiteurs, adultes et enfants, ont franchi le portail de l’abbaye pour participer aux ateliers en plein air et écouter les différents concerts.

Un public différent

Christophe Jeanson, le président de l’association des Heures musicales, était satisfait de cette première journée conviviale des Prim’heures de Lessay : C’est un nouveau public, différent de celui des festivals, que nous avons accueilli. Les gens sont venus en famille et nous avons eu énormément d’enfants. C’est un très bon début pour cette première.

Tout au long de l’après-midi, les visiteurs ont pu participer à divers ateliers comme la présentation d’instruments de musique : orgue de l’abbatiale, clavecin, harpe avec Violette Tollitte, musicienne et professeur de musique, piano électrique avec Franck Krawczyk, instruments à vent et à cordes avec les musiciens de l’orchestre régional de Normandie. Mais aussi s’initier au chant choral ou encore découvrir l’histoire et les jardins de l’abbaye et l’architecture de l’abbatiale avec les explications d’une guide conférencière.

Des enfants souhaitent apprendre à jouer d’un instrument

C’est une très bonne idée, s’enthousiasme l’un des visiteurs. Cela draine un peu de monde et donne une idée de ce que sont les Heures musicales. Et la découverte des instruments c’est génial. Je n’avais jamais vu une harpe de près.

Marie-Andrée Bouchard, soprano native de Carentan, et marraine de cette première édition, a donné trois concerts dans l’abbatiale et expliqué sa passion devant un public ravi et curieux.

Franck Krawczyk, compositeur et pianiste, enseignant de la musique de chambre au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon, a initié les enfants au piano électrique. Une petite fille a désiré poursuivre cette expérience et a demandé à ses parents d’apprendre à jouer d’un instrument et à venir au festival d’été », félicite-t-il ​. L’événement semble avoir porté ses fruits.

La journée s’est terminée par un concert de l’Octuor pour cordes et vent de Franz Schubert, par huit musiciens de l’Orchestre régional de Normandie.

Voir l’article original

Lessay. Beau succès des ateliers des Prim’Heures Musicales

Musique. Samedi 11 juin, lors des Prim’Heurs Musicales, des ateliers ont permis de découvrir les instruments. Ils se sont déroulés dans l’abbatiale, dans la grange de dîmes et en plein air animés par des musiciens professionnels.

Lessay. Beau succès des ateliers des Prim'Heures Musicales
Violette Tollitte, professeur de musique au collège de Lessay, anime l’atelier de découverte de la harpe. – Jacques Dudouit

Musique. L’animation des ateliers animés par des musiciens professionnels a été une originalité des premières Prim’Heures Musicales appréciée par les visiteurs le 11 juin. Violette Tollitte, professeur de musique au collège de Lessay, a animé l’atelier de découverte de la harpe, sur la photo.

Voir l’article original

Lessay. L’Orchestre régional de Normandie étrenne la première édition des Prim’Heures Musicales

Musique. L’Orchestre régional de Normandie reviendra le 22 juillet à Lessay pour le festival des Heures musicales avec l’Ensemble vocal De Caelis.

Lessay. L'Orchestre régional de Normandie étrenne la première édition des Prim'Heures Musicales
L’Orchestre Régional de Normandie a étrenné la première édition des Prim’Heures Musicales de l’abbaye de Lessay – Jacques Dudouit

Orchestre Régional de Normandie. Pour la première édition des Prim’Heures Musicales le 11 juin, il a présenté chacun des instruments dans la grange de dîme avant le concert consacré aux œuvres de Schubert. Il reviendra le 22 juillet avec l’Ensemble vocal De Caelis.

Voir l’article original

Lessay. Les Prim’Heures Musicales de l’abbaye reconduites en 2023

Musique. A Lessay, les rencontres avec les artistes en toute simplicité ont servi d’excellente avant-première au festival d’été des Heures Musicales de l’abbaye samedi 11 juin.

Lessay. Les Prim'Heures Musicales de l'abbaye reconduites en 2023
Philippe Jeanson président, Joëlle Petrasek chargée de la programmation, Marie-Andrée Bouchard-Lesieur mezzo-soprano ancienne bénévole, Isabelle Jeanson chargée de la communication. – Jacques Dudouit

Rassuré par l’enthousiasme des bénévoles et le succès auprès du public de la première édition des Prim’Heures Musicales qui s’est déroulée sous le soleil, le président Christophe Jeanson confiait samedi soir 11 juin : « Après quelques ajustements, nous sommes partants pour une nouvelle édition l’année prochaine ». Les visiteurs ont apprécié de pouvoir côtoyer en toute simplicité les artistes et assister gratuitement et sans réservation aux ateliers harpe, piano électrique, orgue et chant choral. Avant le concert final, les musiciens de l’Orchestre Régional de Normandie ont répété devant le public tandis que la marraine mezzo-soprano Marie-Andrée Bouchard-Lesieur accompagnée au clavecin par Félix Ramos s’est produite à trois reprises dans l’abbatiale, très contente de retrouver de vieilles connaissances. « Originaire de Carentan, j’ai officié un temps comme bénévole au festival d’été de Lessay avec Dominique Gautier et Jacques Joubin comme chef de la chorale Ave Maris Stella, il m’appelait Miss MAB’L, lassé d’égrener mon prénom et mon nom composés ! »

Voir l’article original

Lessay. Les Prim’Heures musicales

Musique. Ouvertes à tous, les Prim’Heures musicales de Lessay, nouveau temps fort pour les mélomanes, se dérouleront samedi 11 juin 2022 à l’abbatiale

Lessay. Les Prim'Heures musicales
L’Orchestre régional de Normandie sera présent aux Prim’Heures musicales ainsi que la marraine de l’événement, Marie-Andrée Bouchard-Lesieur, jeune mezzo-soprano native de Carentan.

A l’occasion des Prim’Heures musicales samedi 11 juin, venez découvrir des concerts commentés et des instruments avec des musiciens : orgue, harpe, clavecin, instruments à cordes et instruments à vent. Vous pourrez aussi participer à des ateliers de chant, goûter à l’espace gourmand et rejoindre des visites guidées du jardin, du vivier des moines et de l’abbatiale.

L’Orchestre régional de Normandie et la marraine de l’événement, Marie-Andrée Bouchard-Lesieur, jeune mezzo-soprano originaire de Carentan et nommée aux Victoires de la musique classique 2022, seront présents.

Pratique. Lessay. Abbaye. Samedi 11 juin de 14 h à 21 h. Gratuit et sans réservation. Renseignements : heuresmusicalesdelessay.com

Voir l’article original