Heures Musicales de l'Abbaye de Lessay

Actualités

Festivals : ceux qui sont maintenus

 

Malgré la crise sanitaire, plusieurs festivals font de la résistance. Diapason présente sa sélection des événements estivaux qui ont annoncé leur maintien.

Festival européen jeunes talents. Du 5 au 25 juillet, Paris, Archives nationales et cathédrale Sainte-Croix-des-Arméniens. Une vingtième édition en vingt concerts, et toujours des programmes originaux pour promouvoir les jeunes talents de la scène musicale. « En compagnie de Marc Mauillon » voit le baryton amoureux du verbe parrainer des cadets (Marianne Croux, Victoire Bunel, Jean-Christophe Lanièce) sur le chemin de la chanson, de la mélodie et du madrigal français, de Sermisy à Reynaldo Hahn et Georges Aperghis. Le Consort de Julien Taylor convoque « un duel à Venise », tandis que Gabrielle Rubrio passe du traverso à la guitare baroque, Pierre Descamps est au violoncelle et Emmanuel Arakélian au clavecin pour accompagner la soprano Marie Perbost dans son « Inspiration napolitaine ». Quant aux frères Pierre (violon) et Théo (piano) Fouchenneret, ils tissent en sonates des correspondances entre Schumann, Fauré et Denisov. Une pluie estivale de beautés et d’artistes à suivre.

Les Heures musicales de l’abbaye de Lessay. Du 17 juillet au 14 août, Lessay (Manche), abbatiale. Heureux Olivier Mantei ! Le président du festival de Lessay, dans La Manche, a pu maintenir une édition 2020 riche de neuf concerts. La formule a été adaptée aux contraintes sanitaires : pas d’entracte, pas plus de trente chanteurs ou musiciens spatialisés, et 270 dix spectateurs maximum sous les croisées d’ogives. Ce sera l’occasion d’entendre Paul Agnew chantant un programme de ténors handéliens avec Les Arts FlorissantsDavid Grimal avec son seul violon chez Bach,Le Poème harmonique dans l’Italie du Seicento, le chœur Pygmalion de Raphaël Pichon a cappella de Gabrieli à Poulenc, l’ensemble Correspondances de Sébastien Daucé en son Grand Siècle français avec trois chanteurs, quatuor à cordes, théorbe, orgue et clavecin… Une invitation au recueillement bien accordée aux lieux.

Festival la Grange aux pianos. Du 17 juillet au 13 septembre, Chassignolles (Indre). Petit village dont le nom exhale les effluves d’un terroir authentique, Chassignolles est aussi le lieu d’un festival pas comme les autres. Les concerts s’y déroulent dans la maison d’artiste du pianiste Cyril Huvé. D’une simple grange, il a fait une salle de concert qui attire des musiciens reconnus, comme Philippe Cassard, David Grimal et Anne Gastinel (qui joueront les trios de Beethoven), Jean-Philippe Collard (Chopin, Fauré et Granados), Karine Deshayes, le Trio Métral… Intime par définition, la Grange aux pianos trouve naturellement sa place dans les terres romantiques du Berry, celles de George Sand et Frédéric Chopin.

Festival de Saintes. Du 18 au 25 juillet (Charente maritime). Le Festival de Saintes innove avec Labo 2020, un festival en réalité augmentée. Chaque soir, au fond de transats disposés dans les jardins, les plus fidèles spectateurs retrouveront sur grand écran l’un des concerts enregistrés quelques heures auparavant dans l’abbatiale. Couperin (Leçons de ténèbres) par le Caravansérail, Haydn (Sept dernières paroles du Christ) par Hervé Niquet, Beethoven (Symphonies nos 2 et 5) par l’Orchestre des Champs-Elysées, des mélodies françaises pour le sombre mezzo de Lucile Richardot, le clavecin de Jean Rondeau en dialogue avec le théorbe de Thomas Dunford, Bach par Vox Luminis (Passion selon Saint-Jean), par le Banquet céleste (Cantates BWW 47, 60 et 78) et par Les Talens lyriques (Concerto BWW 1055 couplé aux Quatre saisons de Vivaldi) : l’affiche est belle malgré la crise !

 

Voir l’article original

Post navigation