Heures Musicales de l'Abbaye de Lessay

Actualités

Lessay. Plus de 3 000 spectateurs aux Heures musicales

Le festival des Heures musicales a rassemblé des styles de musique classique très hétéroclites du 20 juillet au 17 août. Et attiré plus de 3 000 personnes.

L’ensemble Les Talens lyriques a clos le festival des Heures musicales, en interprétant deux symphonies de Beethoven.L’ensemble Les Talens lyriques a clos le festival des Heures musicales, en interprétant deux symphonies de Beethoven. | OUEST-FRANCE

Le festival des Heures musicales de l’abbaye accueille tous les ans de la musique baroque. « Cependant, il reste ouvert à tous les répertoires. Cette année, nous avions cette ambition et je pense que c’est réussi. Les spectateurs étaient là et ils ont pu traverser l’histoire de la musique. Des gens préfèrent Wagner, il y a eu du Wagner ; d’autres du baroque italien, il y a eu les cris de Paris avec du baroque vénitien ; pour d’autres c’est la musique classique, il y a eu Beethoven et Mozart », résume Charles Brossillon coordonnateur des heures musicales.

L’important dans l’édition de cette année a été l’équilibre du premier au dernier concert en traversant les époques, les origines géographiques, les pays, la musique sacrée et profane et les effectifs artistiques sur scène. « Nous avons eu des grands ensembles, des ensembles plus restreints, des orchestres ou encore des chœurs et orchestres, et le retour d’un récital d’orgue. »

Seul un ensemble a cappella, le chœur des Sixteen, a été annulé en raison de la réglementation sanitaire anglaise concernant le Covid-19. Huit concerts avec des Ensembles de notoriété internationale ont donc eu lieu, du 20 juillet au 17 août, avec l’accueil de plus de 3 000 personnes. Deux ensembles venaient pour la première fois à Lessay : l’ensemble Secession Orchestra et le Caravansérail.

Le festival s’est terminé avec Les Talens lyriques qui ont interprété deux symphonies de Beethoven (7 et 8) devant plus de 500 mélomanes. « Un des grands projets pour l’an prochain, c’est de réussir un temps en marge des concerts qui soit ouvert à tous, comme par exemple une porte ouverte dont la forme reste à définir, ou une animation autour de la musique, pour faire découvrir le festival et la musique à tout un chacun », conclut Charles Brossillon.

Voir l’article original

Post navigation